Stay informed about Canada’s housing crisis

Get updates on our political stunts, campaigns and housing news

Your email was added. Thanks for fighting for better housing.
Sign up
Whoops. There was a problem. Try again.

We send no more than two emails per month

What’s happening with housing?

Home prices are out of control in Canada. While this has been true for some time in Toronto and Vancouver, the situation got much worse this year, spreading far from cities to reach every market in the country. This is locking out many people from their own neighbourhoods, causing despair and frustration. Politicians can act, but they have done nothing so far.

Notes: Real disposable income and real home price index. Rebased to 1975 (100). Timeframe is 1975 Q1 to Q4 2020. Sources: Mack, A., and E. Martinez-Garcia, 2011. “A cross-country quarterly database of real house prices: A methodological note.” Globalization and Monetary Policy Institute working paper No. 99. Federal Reserve Bank of Dallas, author calculations, 2021.

{{ language.demandAction }}

Canada is facing a crisis of affordability in the housing market, with 2021 setting all new records for price appreciation. Politicians could take decisive action to fix housing in this country. But they won’t act unless we push them.

Le Canada est confronté à une crise d'accessibilité au le marché du logement, l'année 2021 établissant de nouveaux records d'appréciation des prix. Nos gouvernements pourraient prendre des mesures décisives pour réparer le logement dans ce pays. Mais ils n’agiront pas si nous ne les poussons pas.

1. {{ language.chooseYour }}

2. {{ language.selectYour }}

Not sure? Look up {{ province }}’s details here ({{ lookups[provinceSlug].info }}).

Vous n'êtes pas sûr ? Consultez les détails de la {{ province }} ici ({{ lookups[provinceSlug].info }}).

{{ language.provincial }}
{{ language.federal }}
{{ language.yourRepresentative }}
{{ representativeData.name }} ()
{{ representativeData.constituency }}
{{ representativeData.email }}

3. {{ language.yourLetter }}, ready for {{ representativeData ? representativeData.name : 'your representative'}}

{{ language.youreDone }}
{{ language.language == 'english' ? 'Send email' : 'Envoyer'}}

We couldn’t send the email. Trying opening it directly in your email client.

You need to enter a real email.

Nous n’avons pas pu envoyer l’email. Essayez de l’ouvrir directement dans votre client de messagerie.

Vous devez entrer une adresse électronique correcte.

Vos informations ne sont pas stockées. Nous ne vous enverrons jamais d'e-mail.

We may also contact you about housing news and political stunts.

To 
{{ representativeData ? representativeData.name : 'your representative' }}
,

On behalf of {{ yourName }} ({{ yourEmail }})

I am writing concerning the ongoing housing crisis in {{ province }} and across Canada. Home prices have increased by nearly 30% year-over-year in most markets. In one suburb, the typical home price rose nearly $74,000 in just four weeks. This is putting the dream of home ownership out of reach for many Canadians – perhaps irreversibly, unless you act now.

The crisis is resulting in even larger mortgage debts, limiting financial flexibility at a time when costs everywhere are rising. At this rate, young people who save diligently and work hard will still never be able to keep up with price appreciation. Many are already permanently locked out.

I hope that you will do everything you can to bring about positive change on this issue.

I ask that you immediately release a statement identifying the housing crisis and your intention to help solve it. Pledge to work for sustainable home price increases in your riding while pushing for transparency in the housing market and common sense laws that put hardworking Canadians — many of whom just want a home to live in — over the interests of speculators and investors.

Over the coming weeks, please adopt and advocate policies that support those values. For a list of ideas worthy of consideration, go here.

We are concerned that if nothing is done to ensure sensible home price appreciation, the Canada we love is going to disappear. We have to do something. You have to act.

I ask that you detail the specific, tangible actions you will take toward achieving this goal of sustainable home price appreciation for all Canadians. I await your answers to these urgent questions. Canadians everywhere are counting on you.

cc: other MPs, ministers, and organizations who also received the letter
À 
{{ representativeData ? representativeData.name : 'votre représentant' }}
,

Je vous écris au sujet de la crise du logement qui prend forme au Québec et ailleurs au Canada. Le prix des maisons connaisse une augmentation à double chiffres dans presque tous les grands marchés depuis quelques mois. Cela met le rêve de devenir propriétaire hors de portée pour beaucoup de jeunes - peut-être de façon irréversible, à moins que vous n'agissiez maintenant.

La crise se traduit par des dettes hypothécaires encore plus importantes, ce qui limite toute marge de manœuvre financière au même moment où les prix augmentent sans cesse, et ce partout. À ce rythme, les jeunes qui remuent ciel et terre pour épargner ne pourront jamais épargner assez face à l’augmentation des prix. Beaucoup sont déjà exclus de façon permanente.

J'espère que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour apporter un changement positif dans ce domaine.

Je vous invite de publier, sans tarder, une déclaration identifiant la crise du logement et votre intention de contribuer à sa résolution. Je vous prie de vous engager à œuvrer en faveur d'une augmentation durable du prix des maisons dans votre circonscription, tout en faisant pression en faveur de la transparence du marché du logement et de l'adoption de lois qui devraient privilégier les citoyens qui travaillent sans relâche - dont beaucoup veulent simplement pouvoir acheter une maison pour élever leur famille – et pour contrer les spéculateurs et des investisseurs.

Au cours des prochaines semaines, je vous supplie d’adopter et défendre des politiques qui soutiennent ces valeurs. Pour une liste d'idées qui peuvent porter fruit à cours, moyen et à long terme, je vous invite à consulter cette site Web: canadahousingcrisis.com

Nous craignons que si rien n'est fait pour restreindre l’augmentation des prix des maisons, notre pays qui nous est cher va disparaître tel qu’on le connaît. Nous devons agir. Vous devez agir.

Je vous demande de me signaler quelles actions spécifiques vous entendez entreprendre pour atteindre cet objectif. Vous réponses à ces questions urgentes sont attendues. Nos concitoyens de partout comptent sur vous.

cc: les autres députés, ministres et organisations qui ont également reçu la lettre

Get involved.

Do you want to make a difference? Do you have any special skills? Get involved and help us bring real change to Canada’s housing market.

Fill out the form to start »

{{ language.policies_subhed }}

{{ language.policies_subhed }}

We Can Fix This.

There is nothing inevitable about runaway home prices. While there’s no simple fix, there are dozens of policies and proposals that create a fairer market. Politicians have shrugged off the crisis so far. It’s time they start to listening to buyers and renters — and do something.

Read more about these policies

1. Fix zoning so it benefits everyone

One of the most powerful policy tools available is fixing Canada’s unfair and restrictive zoning laws. Right now, many cities limit new developments using “single family zoning,” meaning only one type of home can be constructed. As a result, Canadian cities have far lower densities than our international counterparts, leading to higher prices. We need a simplified zoning system, with just 12 zones or fewer. New housing should be permitted in all zones (except heavy industrial zones). And residential zoning should be loosely defined, allowing for multi-family homes and small apartment complexes.

L'un des outils politiques les plus puissants disponibles consiste à corriger les lois de zonage injustes et restrictives du Canada. À l'heure actuelle, de nombreuses villes limitent les nouveaux développements en utilisant le « zonage unifamilial », ce qui signifie qu'un seul type de maison peut être construit. Par conséquent, les villes canadiennes ont des densités beaucoup plus faibles que nos homologues internationales, ce qui entraîne des prix plus élevés. Nous avons besoin d'un système de zonage simplifié, avec seulement 12 zones ou moins. Les nouveaux logements devraient être autorisés dans toutes les zones (à l'exception des zones industrielles lourdes). Et le zonage résidentiel devrait être défini de manière vague, permettant les maisons multifamiliales et les petits complexes d'appartements.

Canada should make property information, listing data, bids, and sale data free and publicly available online. This would help disrupt realtor monopolies, which work to inflate prices by hoarding information and manipulating how buyers and sellers assess property value. This is the natural extension of the Supreme Court of Canada’s ruling, which ruled that the Toronto Real Estate Board could no longer restrict brokers from sharing data online. The next step is allowing more platforms and tools, which would allow more consumers to understand how the value of a particular home has changed over time, as well as determine how much they should offer relative to the other bids on the house. This creates a fairer and more equitable market.

Le Canada devrait rendre les informations sur les propriétés, les données d'inscription, les offres et les données de vente gratuites et accessibles au public en ligne. Cela contribuerait à perturber les monopoles des agents immobiliers, qui travaillent à gonfler les prix en accumulant des informations et en manipulant la façon dont les acheteurs et les vendeurs évaluent la valeur de la propriété. Il s'agit du prolongement naturel de la décision de la Cour suprême du Canada, qui a statué que la Chambre immobilière de Toronto ne pouvait plus empêcher les courtiers de partager des données en ligne. La prochaine étape consiste à autoriser davantage de plates-formes et d'outils, ce qui permettrait à davantage de consommateurs de comprendre comment la valeur d'une maison particulière a changé au fil du temps, ainsi que de déterminer combien ils devraient offrir par rapport aux autres offres sur la maison. Cela crée un marché plus juste et plus équitable.

Investors purchase homes that would otherwise go to families, reselling them in a few months or years for massive profits. To discourage this behaviour, we must limit the access investors have. This includes increasing the minimum down payment required to purchase investment properties.

Les investisseurs achètent des maisons qui, autrement, reviendraient aux familles, les revendant en quelques mois ou années pour des profits énormes. Pour décourager ce comportement, nous devons limiter l'accès des investisseurs. Cela comprend l'augmentation de l'acompte minimum requis pour acheter des immeubles de placement.

Investors and speculators over-leverage themselves to purchase several properties, allowing them to sit vacant or renting them out temporarily. They soon resell the home for significant profits. Such transactions harm homebuyers and do nothing to provide stable rental housing. We must increase the capital gains tax from 50% to 70% for investment properties. As New Zealand does, the tax would fall each year of ownership until it reaches 50%, encouraging investors to think long-term about their housing purchases.

Les investisseurs et les spéculateurs se surendettent pour acheter plusieurs propriétés, leur permettant de rester vacants ou de les louer temporairement. Ils revendent bientôt la maison pour des profits importants. De telles transactions nuisent aux acheteurs de maison et ne font rien pour fournir des logements locatifs stables. Nous devons augmenter l'impôt sur les plus-values de 50 % à 70 % pour les immeubles de placement. Comme le fait la Nouvelle-Zélande, la taxe diminuerait chaque année de propriété jusqu'à ce qu'elle atteigne 50 %, encourageant les investisseurs à penser à long terme à leurs achats de logements.

Property should primarily give people a long-term place to call home. But speculative investors are outbidding working families for properties that they ultimately use for short-term rental income or leave vacant while prices rise. New taxes would reduce investors in an already tight market and ensure that houses are primarily for families and long-term renters.

Renters are impacted by the increase of short-term rentals due to a lack of tenant protections governing them. This, in turn, breaks communities, increases rental prices and disturbs the well being of existing tenants and owners nearby alike.

Many localities have already curbed, taxes, or outright banned short-term rentals in Canada and around the world. Enacting rules and bylaws to suppress these types of rentals is a good start, but lacking any real enforcement makes any of these enactments ineffectual.

La propriété doit avant tout donner aux gens un endroit à long terme où ils peuvent se sentir chez eux. Mais les investisseurs spéculatifs surenchérissent sur les familles de travailleurs pour des propriétés qu'ils utilisent finalement pour des revenus locatifs à court terme ou qu'ils laissent vacants alors que les prix augmentent. De nouvelles taxes réduiraient les investisseurs dans un marché déjà tendu et garantiraient que les maisons sont principalement destinées aux familles et aux locataires à long terme.

Les locataires sont impactés par l'augmentation des locations à court terme en raison d'un manque de protection des locataires les régissant. Ceci, à son tour, brise les communautés, augmente les prix de location et perturbe le bien-être des locataires et des propriétaires existants à proximité.

De nombreuses localités ont déjà freiné, taxé ou carrément interdit la location à court terme au Canada et dans le monde. L'adoption de règles et de règlements pour supprimer ces types de location est un bon début, mais l'absence de toute application réelle rend l'une de ces lois inefficace.